Autoportraits

A l’heure où les téléphones portables remplis de gadget permettent à un nombre croissant d’humains de s’auto-représenter, quelle est la valeur d’un autoportrait argentique avec retardateur ? La représentation de soi-même, entre narcissisme et humilité, peut-elle renseigner autrui sur nous-même ? Cette image est-elle seulement destinée à être montrée, ou alors doit-elle être conservée en privé ? Sorte de post-it historique que l’on se crée, la photographie d’autoportrait modifie tant nos rapports avec nous-même qu’avec les autres.

Ma démarche et le dispositif utilisé interrogent également les avancées technologiques propres à la prise de vues. Quelle logique y trouve-t-on dans l’utilisation d’un pied, du retardateur, du développement, alors qu’il peut être si simple de tendre le bras et d’appuyer sur son téléphone. Je m’efforce de trouver dans les contraintes du dispositif le temps et la réflexion nécessaires à la capture de ce court moment de vie qui s’obture déjà.